Accueil > Environnement > Actualités

Actualités

Rapport Développement durable 2017

Le rapport 2017 sur le développement durable de Saint-Malo Agglomération est désormais en ligne !

Consultez-le dès maintenant ici

A découvrir : un nouveau chemin de la biodiversité !

Chemin de la biodiversité sur le parc Atalante Saint-Malo
Depuis quelques mois déjà, Saint-Malo Agglomération a changé ses pratiques de gestion des espaces verts pour se diriger vers une gestion plus naturelle et ainsi favoriser la biodiversité. L'Agglo gère donc aujourd'hui différemment ses espaces verts. Et pour faire découvrir ce que permet ce nouveau mode d'entretien, elle a mis en place un "chemin de la biodiversité" sur son parc Atalante à Saint-Malo. L'occasion d'y découvrir aussi ... de nouveaux habitants !


Un nouveau parcours pédagogique sur Atalante :
Répartis sur 193 000 m2, la zone Atalante est particulièrement propice au déploiement d’une biodiversité riche. Avec ses noues naturelles, son batracoduc, ses zones humides et son environnement végétal dense, elle offre un environnement d’exception aux entreprises hébergées.
Pour expliquer ce que permet désormais, le fait de laisser la nature reprendre davantage ses droits, des panneaux pédagogiques ont été répartis le long d’un parcours longeant la voie douce de la zone Atalante. Le chemin apporte des informations sur les milieux traversés (bosquets, praires humides, praires naturelles) et leurs occupants (pollinisateurs, auxiliaires et éco-pâturage)…
A observer :
Des génisses ont pris leurs quartiers sur la zone d'éco-pâturage grâce à une convention passé avec avec un agriculteur local.
Vous pourrez également observer plus en retrait, des abeilles installées ici dans les ruches de l’apiculteur Charles Julien (Fleurs de Ciel ).

Un changement global de la gestion des espaces verts :


  • La fin des produits phytosanitaires chimiques :

L’arrêt des pesticides permet de limiter les rejets de produits chimiques défavorables à la biodiversité et à la santé publique, en premier lieu celle du personnel les manipulant. Ce qui rend nécessaire le développement de méthodes alternatives pour entretenir nos espaces verts.

  • Le développement de méthodes alternatives :

De nouvelles méthodes d'entretien sont testées : le paillage, qui consiste à recouvrir une plate-bande de broyat de bois afin d’y limiter la prolifération de mauvaises herbes, ou encore en revoyant les hauteurs de coupes…

  • Le développement de la biodiversité et la création de zones refuges :

La fauche des prés fleuris et des prairies de fauches une à deux fois seulement par an permet de laisser se développer la biodiversité dans des espaces peu fréquentés. De même, des tas de bois morts par endroits sont de véritables refuges pour de nombreuses espèces. L’installation de ruches et de nichoirs favorisent également la biodiversité…

  • Le pâturage écologique :

Sur certaines parcelles, il est prévu de remplacer les tontes mécaniques par de l'éco-pâturage urbain. Moutons, chevaux, chèvres, ânes et vaches broutent l'herbe d'avril à octobre. Cela remplace l’utilisation des tondeuses.
Cette opération apporte une plus grande variété d’habitats écologiques et de paysages, et permet de diminuer le recours aux engins mécaniques. La réintroduction d’une vie pastorale dans l’espace urbain permet également de réduire le bruit et de sensibiliser les usagers à l’environnement.

A noter : L’éco-pâturage est réalisé dans le cadre du "territoire à énergie positive pour la croissance verte"

Saint-Malo Agglomération, un territoire à énergie positive pour la croissance verte

croissance-verte
Dans le cadre de la politique de développement durable engagée sur le territoire, la Ville de Saint-Malo et Saint-Malo Agglomération ont signé la convention "Territoire à énergie positive pour la croissance verte" initiée par le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer.

Le 6 décembre dernier à Paris, Patrick Charpy, Vice-Président de Saint-Malo Agglomération en charge du développement économique et adjoint au maire de Saint-Malo en charge du développement économique et du développement durable, a officialisé l’engagement des deux collectivités en matière de développement durable en signant la convention «Territoire à énergie positive pour la croissance verte».

La signature de cette convention permet à Saint-Malo Agglomération et à la ville de Saint-Malo de poursuivre leurs actions de développement durable, notamment sur les thématiques suivantes :

  • L’énergie avec la modernisation de l’éclairage public de Saint-Malo ;
  • La mobilité avec le lancement d’une réflexion sur un plan vélo au niveau de l’agglomération et le déploiement de la mobilité électrique dans les collectivités ;
  • La qualité de l’air avec des analyses sur le territoire de l’agglomération ;
  • La biodiversité avec la mise en place de la gestion différenciée des espaces verts et la protection du patrimoine naturel sur Saint-Malo et l’agglomération.

Les « Territoires à énergie positive pour la croissance verte sont désormais au nombre de 422 » annonce le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. « Ils représentent plus de 1 500 communes qui bénéficient d’un soutien financier sans précédent grâce au Fonds de transition énergétique qui mobilise 750 millions d’euros en trois ans ».
Des milliers de chantiers sont en cours dans toute la France. Ils permettent d’éviter 730 000 tonnes de CO2 par an, d’alimenter 1,3 million de foyers supplémentaires en énergies renouvelables (800 projets éoliens, 3 500 000 m² de panneaux photovoltaïque) ; de rénover plus de 700 bâtiments publics et 65 000 logements et de déployer plus 5 000 bornes de recharge électrique. Au total, ces chantiers créent plus de 7000 emplois.

Dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte d’août 2015, les territoires engagés vont ainsi contribuer plus efficacement à la lutte contre le dérèglement climatique et à renforcer leur indépendance énergétique en équilibrant leurs différentes sources d’approvisionnement.

Le but de ces actions est « de créer l’élan d’une écologie positive qui lève les freins, libère les initiatives et qui apporte dès aujourd’hui des bénéfices tangibles à chacun ».
croissance-verte

Compostage de vos déchets : c'est simple et on vous aide !

Composteur de déchets : L'Agglo vous rembourse une partie de votre achat !
Depuis le 1er juillet, l'Agglo vous aide sur l'achat de votre composteur ... Alors COMPOSTEZ vos déchets !

Déchets ménagers (épluchures, coquilles d'oeufs, pain, déchets carnés, poissons ...), déchets de jardin, ou déchets divers (cendres, sciures, litières ...), beaucoup de vos déchets ménagers sont compostables et peuvent demain composer un très bon engrais naturel pour vos potagers et plantations.
Pour vous encourager dans votre projet, Saint-Malo Agglo subventionne à hauteur de 20 € tout achat de composteur individuel.

Pour en bénéficier, c'est tout aussi simple :

1 - Choisissez et achetez le composteur dans la magasin de votre choix;
2 - Téléchargez le formulaire de demande de remboursement ;
3 - Retournez-le dûment rempli et accompagné des pièces justificatives (facture d'achat, RIB/RIP, justificatif de domicile de moins de 3 mois et pièce d'identité).

Attention, seuls les habitants des 18 communes de Saint-Malo Agglomération peuvent bénéficier de ce dispositif, et uniquement à compter du 1/07/2016. Tout achat antérieur ne pourra être subventionné.

+d'info : 0 800 801 061
Formulaire Remboursement composteur

Mise en place d'une gestion différenciée des espaces verts sur les zones d’activités

gdev

Saint-Malo Agglomération
vient de mettre en place un nouveau mode de gestion de ses espaces verts : une gestion raisonnée, plus respectueuse de l'environnement, consistant à adapter le mode d'entretien aux caractéristiques et fonctions de chaque espace vert, dans l'objectif de favoriser la biodiversité.

Ce procédé interviendra sur les espaces verts des bâtiments et zones d'activités de l'agglomération : fleurissement à l'aide de plantes vivaces et d'arbustes fleuris, fauche tardive, tonte différenciée ou plus haute, désherbage alternatif...

Cette gestion écologique des espaces génère de nouveaux paysages urbains, une nouvelle esthétique, indispensables au maintien de la biodiversité.

Découvrez en plus sur la démarche ici.

Les entreprises implantées sur les zones d'activités gérées par Saint-Malo Agglomération ont reçu un courrier les informant des changements qui auront lieu sur la zone concernée. Si tel n'est pas le cas, n'hésitez pas à contacter la Direction du Développement économique de Saint-Malo Agglomération.
gdev

Dites non aux pesticides !

Les pesticides sont des substances chimiques destinées à protéger les végétaux contre les mauvaises herbes, les insectes ou les champignons. Ils peuvent pénétrer dans le sol pour atteindre les eaux souterraines ou se déverser directement dans les cours d’eau.

Utilisés au jardin comme dans la maison (produit anti-acariens, produit contre les moustiques ou les araignées…), les pesticides engendrent de fréquentes intoxications :
- par contact direct de la peau et les muqueuses,
- par inhalation en respirant les poussières ou les vapeurs de produit,
- par ingestion en portant ses doigts à la bouche.

Des alternatives existent :

- pensez à jardiner au naturel, des méthodes, comme la rotation des cultures, l'utilisation de paillage, de compost, de plantes couvre-sol, de haies diversifiées, d'engrais vert, vous permettront de jardiner sans pesticides tout en ayant un beau jardin sain et productif.
Pour en savoir plus : www.jardineraunaturel.org

- ne laissez plus entrer de pesticides dans la maison, préférez la tapette à mouche aux bombes insecticides et installez des moustiquaires dans la chambre des enfants.

bio

Apportez vos vieux pesticides en déchèterie !

Désherbants, insecticides, fongicides, tous ces produits sont régulièrement utilisés dans les jardins des particuliers. Souvent les boîtes sont trop grandes et il reste du produit après usage. Et quelques années plus tard, on retrouve de vieux bidons stockés dans les garages...

Pour reconnaître les produits qui ne sont plus autorisés…

Consultez le site Internet http://e-phy.agriculture.gouv.fr.

En tout état de cause, si le produit comporte un bandeau « dangereux » (noir sur fond vert) ou s'il ne comporte pas la mention « emploi autorisé dans les jardins », mieux vaut ne pas l'utiliser.
De façon générale, il est préférable d’éliminer tous les vieux produits qui traînent dans votre garage ! En effet, les émanations de ces produits dans des locaux souvent mal aérés peuvent avoir un impact pour votre santé.
Surtout ne les jetez pas à la poubelle et ne videz pas les résidus dans l'évier ou dans la nature. La meilleure solution est d'apporter tous ces vieux produits en déchèterie.

Trouver la déchèterie la plus proche de chez vous.

Jardin. Ces plantes qui menacent la biodiversité

plantes
L'herbe de la Pampa et la jussie

En Bretagne, on recense 38 plantes invasives dont 17 plantes invasives avérées et 21 plantes invasives potentielles. Souvent achetées en jardinerie, elles présentent l'inconvénient de se développer au détriment des espèces locales.

Plus d’infos : http://www.ouest-france.fr/jardin-ces-plantes-qui-menacent-la-biodiversite-3702804

Du 29 mai au 5 juin, c'est la Semaine du Développement durable !

sedd
Découvrez le programme de la Semaine du Développement durable
Smoothie bio pour le lancement de la semaine du Développement durable
De nombreuses animations à découvrir sur 8 communes du territoire du 29 mai au 5 juin sur cette semaine du Développement durable, avec notammant :

Mercredi 1er juin
Les portes ouvertes de nos équipements de traitement des déchets :

> Venez découvrir ce que deviennent vos déchets (de 14h00 à 17h00) :
- A l'Usine de Traitement de Ordures Ménagères (UTOM), rue des Belettes à St-Malo)
- Au Centre de tri des déchets (rue de La Ville es Cours à St-Malo)
Visite guidée gratuite. Ouvert à tous.
Infos : au numéro vert 0800 801 061 (appel gratuit depuis postes fixes et mobiles).

Vendredi 3 juin
Le ciné-débat autour du film "Tout s'accélère", en présence du réalisateur Gilles Vernet, et de Nicolas Hulot.
Le 3 juin au cinéma Dugesclin à Cancale

Vendredi 3 et Samedi 4 juin
Le village du développement durable les 3 et 4 juin :
Sur l'Esplanade St- Vincent à Saint-Malo
> De nombreuses animations, expos, concerts, démos et expériences à mener avec tous nos partenaires !  

Samedi 4 juin
Les portes ouvertes de la station d'épuration de la Fresnais
A partir de 14h30, rue des Champs.


#BZHtour : un tour de bretagne pour sensibiliser les jeunes à l'environnement

bzh
En 2015, Saint-Malo Agglomération avait suivi le projet World COP 21 de Flore Bergerault. Cette jeune fille de 23 ans avait entrepris un voyage de 7 mois à travers 10 pays d’Amérique Latine et d’Asie pour témoigner des efforts entrepris dans le domaine de l’environnement (mobilité, gestion de déchets, etc).

Un nouveau projet en faveur de l'environnement

A une échelle plus locale, c'est Julien Moreau que nous avons suivi cette année. Diplômé d'un Master de l'École de management de Normandie, ce Cancalais aime les défis, le sport et l'aventure. Il a réalisé quelques exploits (tel que courir deux fois d'affilée le marathon de La Rochelle en novembre 2015!) et a décidé de leur donner un sens en créant des projets en faveur de l'environnement.

C'est dans ce cadre que Julien est parti, dimanche 17 avril 2016, pour un #BZHtour, un tour de Bretagne d'environ 70 jours. Il a pris le départ du Mont Saint-Michel pour un périple de 2 000 kilomètres de marche dans le but de rencontrer des écoliers, collégiens et lycéens de la région, et les motiver à agir pour l’environnement. Julien a marché l'équivalent d'un marathon par jour et est arrivé vendredi 24 juin à Saint-Malo.

A la rencontre de 3 000 jeunes


Au total, 35 établissements à travers la région ont répondu à son appel, ce qui représente environ 3 000 jeunes. Au cours des 35 conférences de son programme, il souhaitais sensibiliser la jeunesse au développement durable en échangeant avec elle sur le rôle de l'océan dans notre écosystème, l'impact des énergies fossiles et de la société
de consommation sur l'environnement. Son ambition était surtout de donner la parole aux jeunes afin de recueillir leurs propositions et suggestions qu'il remettra ensuite aux députés bretons.

#BZHtour :
www.julienmoreau.org
sur Facebook
sur twitter

Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) des Bassins Côtiers de la région de Dol de Bretagne

sage
Le 6 octobre 2015, le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) des Bassins Côtiers de la région de Dol de Bretagne a officiellement été approuvé par arrêté préfectoral, après avoir été validé à l’unanimité par la Commission Locale de l’Eau (CLE) le 16 septembre 2015 à St Benoît des Ondes.

Lancée il y a presque 10 ans, l’élaboration du SAGE des Bassins Côtiers de la région de Dol de Bretagne est le fruit d’un important travail de concertation au cours duquel représentants des collectivités, des usagers de l’eau et des services de l’Etat se sont régulièrement réunis pour définir ensemble des objectifs et des mesures de gestion adaptés aux enjeux locaux : partage de la ressource en eau, amélioration de la qualité des eaux douces et littorales, communication sur les économies d’eau, préservation des zones humides, mise en place d’un observatoire de l’eau…

Suite à l’enquête publique qui s’est déroulée du 28 mai au 29 juin 2015 sur les 41 communes du bassin versant, les commissaires enquêteurs ont donné un avis favorable au projet de SAGE, assorti de quatre recommandations. Lors de la séance plénière du 16 septembre 2015, à St Benoît des Ondes, les membres de la CLE ont examiné le rapport et les conclusions de la commission d'enquête, et ont apporté les dernières modifications au projet de SAGE. Puis, la CLE a adopté le projet final de SAGE des Bassins Côtiers de la région de Dol de Bretagne à l’unanimité.

La commission d’enquête a souligné dans son rapport que l’élaboration du SAGE a permis aux acteurs locaux réunis au sein de la CLE d’exprimer leurs attentes et motivations et de définir un projet avec des objectifs partagés sur un territoire présentant des intérêts économiques et environnementaux divergents voire contradictoires. Avant l’émergence du projet de SAGE, aucun projet ou structure en place n’avait encore fédéré les acteurs locaux autour des enjeux de l’eau et des milieux aquatiques à cette échelle.

Cette approbation ne représente pas la fin du processus mais bien le démarrage d’une étape essentielle : la mise en oeuvre concrète des objectifs et dispositions du SAGE. Le schéma décline à travers 68 dispositions les actions à mener dans le domaine de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques.

Où consulter le SAGE ?

Une fois approuvé, le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux est consultable dans chaque mairie du territoire. Il se compose :
  • Du Plan d’Aménagement et de Gestion Durable de la ressource en eau et des milieux aquatiques (PAGD), opposable aux décisions administratives. Il définit les objectifs du SAGE et évalue le coût de leur mise en oeuvre.
  • Du Règlement, opposable aux tiers et à l’administration. Il renforce et complète certaines mesures prioritaires du PAGD par des règles.

De plus, suite à l’enquête publique qui s’est déroulée du 28 mai au 29 juin 2015, le rapport et les conclusions de la commission d'enquête peuvent être consultés en mairie jusqu’au 29 juin 2016.

Les documents du SAGE sont aussi consultables sur le site www.sage-dol.fr ou sur www.gesteau.eaufrance.fr.

En quoi le SAGE concerne-t-il les citoyens ?

Le SAGE des Bassins Côtiers de la région de Dol de Bretagne définit les conditions acceptables d’un équilibre durable entre protection des milieux aquatiques et satisfaction d’usages. Son objectif est de satisfaire les besoins en eau de tous sans porter atteinte à l’environnement. Ainsi, les thématiques qu’il aborde nous concernent tous au quotidien :
- disposer d’une eau potable tout au long de l’année,
- déguster des produits du terroir et de la mer de qualité,
- pouvoir pratiquer des activités comme la pêche à pied en Baie du Mont Saint-Michel,
- pêcher en rivière,
- se baigner sur les plages du littoral,
- …

Chacun sait que l’eau n’est pas un bien inépuisable. De nombreuses activités économiques en dépendent fortement (agriculture, conchyliculture, activités de loisirs…). Le maintien de ces activités dépendra de la volonté de chacun à se mobiliser à travers ses actions.


Besoin d’infos, remarques à apporter, contactez la cellule d’animation du SAGE :
Commission Locale de l’Eau du SAGE des Bassins Côtiers de la région de Dol de Bretagne
Syndicat des Bassins Côtiers de la région de Dol-de-Bretagne (SBCDol) – Pépinière d’entreprises Synergy8 – PA Les Rolandières – rue de la Rouelle 35120 DOL DE BRETAGNE
Tél : 02.99.80.19.84 - contact@sage-dol.fr - www.sage-dol.fr
sage

COP ?

Un mot nouveau fait son apparition dans les médias français : COP, parfois accompagné du nombre 21.

Alors, COP21, c'est quoi ?

COP : acronyme de "Conference of Parties" soit "Conférence des Etats".
La Conférence des parties constitue l’organe suprême de la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Adoptée au cours du Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, en 1992, cette convention reconnaît l’existence d’un changement climatique d’origine humaine et donne aux pays industrialisés le primat de la responsabilité pour lutter contre ce phénomène.

Les COP ont lieu chaque année dans un pays différent où sont prises des décisions pour respecter les objectifs de lutte contre les changements climatiques. Composée de tous les états signataires de la CCNUCC, elle compte aujourd’hui 195 Etats.

La COP la plus connue est celle de Kyoto, en 1997. Elle a posé les termes du premier texte engageant les Etats et défi un protocole du même nom qui nous engage à diviser par 4 les émissions de GES (France) d'ici 2050 (par rapport à 1990).

Cette année, ce sera au tour de la France d’accueillir la 21ème édition de cette conférence (d'où le nom COP21). C'est le plus grand événement diplomatique jamais accueilli en France. Elle se tiendra à Paris, du 30 novembre au 15 décembre 2015.
 

Quel est l'objectif?

195 pays présenteront chacun des mesures pour contribuer collectivement à lutter contre le dérèglement climatique. Les rapports successifs des groupes d’experts (GIEC) sont parvenus à faire reconnaitre un objectif commun : rester en deçà d’un seuil de réchauffement de 2°C. C'est la négociation la plus importante de la décennie. La Terre se réchauffe en effet et de plus en plus vite, la température a déjà augmenté de 0,8°C depuis 1880…
 

C'est dans ce contexte que Flore Bergeault, 23 ans, native de la côte d’Émeraude, a décidé de prendre son sac à dos pour voir ce que signifiait la COP pour les jeunes d’Amérique latine et d’Asie. 7 mois, 10 pays... N'hésitez pas à la suivre son projet WORLD COP 21 sur :

Twitter : twitter.com/worldcop21
Facebook : facebook.com/worldcop21
et sur son blog : worldcop21.weebly.com/

cop21

Flore Bergeault, notre envoyée spéciale à la COP21

Pendant la #COP21 sous la tente du Grand Palais, de nombreux acteurs sont venus exposer leur solutions pour le climat au sein de l’espace #solutionscop21.

Dans ce lieu insolite, Flore Bergeault a participé à un colloque géopolitique organisé en partenariat avec Comité 21 et Club France Développement Durable intitulé : "guerre, paix, réchauffement climatique : les conflits climatiques seront-ils ceux de demain ?".
De nombreux intervenants se sont succédé pour mettre en avant l’environnement en tant que facteur principal des mouvements de populations - via l’occurrence de catastrophes naturelles soudaines ou via des phénomènes plus lents tels que l’érosion côtière, la montée des eaux ou encore la dégradation des sols.
A la COY 11 (Conference of Youth), Flore est allée présenter son projet World COP 21 avec Amit Saraoigi un de ses intervenants Indiens et amis. Une occasion unique d’échanger avec de nombreux jeunes français et étrangers sur les thématiques abordées pendant son voyage et d’approfondir celle de l’énergie via de riches discussions autour du lancement d’Oorja, le projet de biomasse d’Amit en Inde du Nord.

flore
Du 12 novembre au 18 décembre, le TARA était amarré près du Pont Alexandre III à Paris.  Une visite de ce bateau incroyable et l’exposition installée sous la tente principale ont permis à Flore de mieux apprécier le rôle de l’océan en tant que régulateur du climat, et que nous nous devons de protéger et de préserver.

Pendant les #OceanforClimate days, toute l’équipe TARA a joué un rôle important pour sensibiliser le public, vulgariser des recherches scientifiques exceptionnelles et pousser les négociateurs à parler des océans pendant la #COP21.

tara
tara